N'écoutez pas Ismael et votez pour moi

Aller en bas

N'écoutez pas Ismael et votez pour moi

Message par Lucas Besse-Bourdier le Mer 18 Oct - 14:32

Rita Kempley, The Washington Post
Ils n’ont pas de Volvo, mais Hi et Ed (diminutif de Edwina) Mcdonnough veulent un bébé à bord. En combinant deux tendances majeures des années 80, à savoir les naissances d’enfants et les prises d’otages, Arizona Junior suit un couple sans enfants dans une quête délirante dans le but de devenir des baby boomers. Les frères Coen (Joel à la direction et Ethan à la production) accouchent de ce film à bébés rebondissants parsemé de clins d’oeil à Monty Python, à l’humoriste Sam Kinison, au bébé de la marque Gerber, et à Mad Max. Il s’agit d’un conte déjanté, joyeux, osé, et sombrement comique sur la parenté en cavale. Il célèbre le rêve conformiste de personnages complètement anti-conformistes. Un concentré de plaisir.
Les frères Coen, co-écrivains, sont comme un duo de grands enfants ayant reçu une caméra pour Noël : Ils débordent d’énergie comique pure, aussi bêtes que sophistiqués. Les Coen arrivent d’un nouveau mouvement d’absurdisme et réagissent de façon farfelue à cette campagne alarmiste qui contistait à imprimer les photos de deux enfants disparus sur les briques de lait, dans une parodie faite d’idiots charmeurs, de désespoir et de couches-culottes jetables. Ils ont fait cela au travers d’une histoire de meurtre dans Sang pour sang et içi, ils le font au travers d’une histoire de vol de bébé, dans la meilleure comédie de kidnapping depuis Y a-t-il quelqu'un pour tuer ma femme ? l’été dernier. Qu’on offre un cigare à ces garçons, et félicitations aux producteurs de Washington, Ted et Jim Pedas de Circle Films.

Lucas Besse-Bourdier

Messages : 2
Date d'inscription : 18/10/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum