Critique du Chicago Reader

Aller en bas

Critique du Chicago Reader

Message par LaraF le Mer 18 Oct - 14:28

[justify]Cette comédie de 1987, signée Joel et Ethan Coen, va à 200 à l’heure et ne laisse aucun répit au spectateur. On y suit les tribulations d’un petit braqueur de supérette, incarné par Nicolas Cage, qui kidnappe le cinquième moutard d’un magnat de l’ameublement et va rapidement déchanter face aux joies, ô combien astreignantes, de la parentalité. L’humour qui parsemait déjà le premier film du duo déjanté, Sang pour Sang, est ici carrément omniprésent, au point de frôler parfois le trip sous acide. À l’image de leur héros kidnappeur de mouflets, les deux frères ont puisé leur inspiration dans diverses sources, parfois franchement improbables, des cartoons de la Warner Bros à Miracle au village, une obscure comédie américaine des années 40. Néanmoins, la critique ultra-cinglante de la société semble rester le thème de prédilection de ce duo impitoyable. La vision cartoonesque du Sud américain profond n’est pas guère nuancée mais les trouvailles géniales de mise en scène sont foisonnantes ; les gags faisant des bébés des éléments de jeu, ricochant à travers pièce tels des boules de billard, sont d’un mauvais goût jouissif et titillent habilement notre côté machiavélique. Ce scénario barré, co-écrit par les deux frères, mérite d’être salué même si la succession de plans larges (donnant, au passage, l’impression que l’écran est au bord de l’apoplexie tant il grouille de détails) est l’oeuvre de Joel Coen. Le casting, quant à lui, réunit Holly Hunter, Trey Wilson, William Forsythe ainsi que John Goodman qui incarne l’acolyte désopilant de H.I. en prison.[justify]

LaraF

Messages : 3
Date d'inscription : 18/10/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum